Ségolène Royal a confirmé une hausse de 1,5 euro par mois sur dix-huit mois. Un «rattrapage» imposé par le Conseil d’Etat au gouvernement. Mais les Français doivent s’attendre à des augmentations bien plus importantes dans le futur.

Les factures EDF qui s’envolent ont toujours été hautement impopulaires, elles le sont encore plus en ces temps d’inflation quasi nulle, de pouvoir d’achat au ras du plancher et de chômage de masse. On comprend que politiquement, le gouvernement, comme d’autres avant lui, ait tout fait pour éviter de trop augmenter les tarifs réglementés de l’électricité comme la loi l’y oblige. Las pour l’exécutif, les 28 millions de foyers abonnés aux tarifs «bleus résidentiels» qui dépensent déjà entre 800 et 900 euros par an en électricité, vont bel et bien voir leur facture augmenter. Selon la ministre de l’Environnement et de l’Energie, Ségolène Royal, interrogée ce matin au micro d’Europe 1, la hausse se limitera à «un euro et demi par mois sur dix-huit mois». Mais dans les faits, les Français doivent s’attendre à d’autres augmentations dans les années à venir.

Lire la suite de l’article.